Détournement d’objets : la magie de la récup’

Je ne sais pas ce que tu en penses, mais je trouve vraiment stupide cette habitude capitaliste de penser d’abord à acheter un outil ou un objet spécifique pour remplir une tâche particulière avant de chercher à se débrouiller avec les moyens du bord.


Loin de moi la prétention de dire que je n’ai pas eu ce genre de réflexes-là, encore moins que je ne l’ai plus. Ce qui est stupide, c’est la quantité de ressources gâchées, la pollution engendrée, l’argent gaspillé… ainsi que notre disponibilité/élasticité intellectuelle.

Élasticité intellectuelle, mais qu’est-ce qu’elle raconte encore celle-là ? Oh, Anne-So, arrête de boire ! Promis, je n’ai consommé aucune substance altérant les capacités mentales ces derniers jours. L’élasticité intellectuelle, c’est une autre façon de parler de créativité, mais je trouve que le terme élasticité est peut-être plus représentatif de l’idée que le mot générique qu’il remplace. Bref !

Le réflexe habituel donc, lorsqu’on a une tâche à accomplir (que ce soit faire un trou dans le mur, presser un citron ou ranger des oignons), c’est de chercher l’outil spécifique dédié à cette tâche précise (dans l’exemple précédent, ce pourrait être une perceuse, un presse-agrumes et un tiroir). Et quand on ne l’a pas… on se dit qu’il va falloir l’acheter, qu’on est bien embêtée parce que là, tout de suite, du coup, on ne peut pas faire ce qu’on avait prévu, et les plus anxieuses auront des vapeurs de fin du monde qui sembleront exfiltrer tout droit des murs et du sol.

Pourtant, souvent, en se posant deux minutes et à force d’entraînement, on peut trouver assez facilement un moyen de contournement, une solution alternative. La clé, ici, est de se demander : « quelle action je cherche à accomplir ? ». On peut ensuite dresser une liste de tout un tas d’autres objets qui peuvent remplir ce rôle. Je te propose dans cet article quelques exemples de réflexion et quelques astuces !

Détournement d'objets : la magie de la récup'

Presser des agrumes


J’ai des oranges à jus, je voudrais m’en faire un jus, mais je n’ai pas de presse-agrumes. Or, presser juste avec la force des mains, quand on n’a pas de grandes paluches ou des muscles super développés à cet endroit, c’est pas exactement la technique la plus efficace pour extraire tout le jus des fruits. Ce que je cherche à faire, c’est presser toute la pulpe du fruit.

Comment fonctionne un presse-agrumes ? C’est seulement un objet solide (qu’il soit mobile ou pas, on s’en fiche) présentant des arrêtes sur lesquelles la pulpe de fruit va être pressée. C’est tout. Fastoche donc, pour me presser mon jus d’oranges, je peux me servir d’une grande cuillère qui ne risque pas de se briser pendant le mouvement de torsion.

En ce qui me concerne, ça fait déjà des années que je n’utilise que cette technique, et j’en suis très contente : pas d’énergie électrique gaspillée, pas de place perdue avec un outil supplémentaire, et pas d’embrouilles pour nettoyer le machin. La solution idéale !

Une cuillère à soupe et des citrons sur un plan de travail.
Une cuillère remplace avantageusement un presse agrume.

Remplacer des tiroirs


Ma « nouvelle » cuisine est encore assez peu équipée, en termes de rangements (en fait, c’était le cas quand j’ai écrit cet article, il y a déjà quelques temps ; depuis, la situation s’est nettement arrangée !). Il y a peu, j’ai pu ajouter quelques étagères en palette de récupération dans les meubles. Les étagères, c’est très bien pour la vaisselle (je n’ai pas encore fini de m’extasier sur la magie retrouvée des étagères : plus d’empilements infinis de vaisselle, wouhou ! Eh oui, j’ai aussi des plaisirs simples.), un peu moins pour les fruits et légumes, et en particuliers ceux qui roulent… comme les oignons.

Jusque-là, j’avais bricolé un contenant à oignons avec un bout de carton qui rigidifiait partiellement un sac en papier dans lequel étaient stockés lesdits oignons. Ce système fonctionne bien tant que tu peux y accéder par au-dessus. Entre deux étagères, c’est mort. En l’occurrence, il me fallait donc : un contenant qui passe entre les deux étagères ; un contenant qui me permette d’accéder facilement à son contenu (quand tu fais la cuisine, il faut que l’accès aux matières premières soit simple et rapide) ; un contenant solide et rigide. Et là, miracle, les cagettes en carton entreposées dans ladite cuisine se sont tout à coup mises à scintiller, une lumière dorée est tombée du ciel et des chœurs… oui, bon, je m’emballe un peu. J’ai seulement regardé une cagette, l’ai attrapée, insérée et ressortie de l’emplacement visé, et je me suis dit « chouette, un tiroir ! ». Tout de suite moins épique. J’aimais bien la première version de l’histoire.

Bref, donc, une cagette (en carton, ça glisse bien ; en bois, c’est solide) remplace très facilement – et avantageusement – un tiroir. Et si tu la trouves moche – c’est ton droit, après tout – tu peux toujours la cacher derrière un rideau ou la repeindre !

Des cagettes (en bois) sur des étagères qui servent de tiroir
Besoin de tiroirs pas cher ? Les cagettes font l’affaire !

Dessous de pot gratuits


Entre ce que j’ai récupéré à droite à gauche et ce que de gentilles personnes m’ont légué, je me retrouve avec plein de pots pour mes plantes. Ce qui est très cool. Ça devient juste un brin limitant pour une utilisation à l’intérieur parce que… je n’ai pas les dessous de pot qui vont avec ! Bon, on est d’accord, pas besoin de soucoupe pour les godets à semis (j’ai d’autres solutions de récup/détournement pour ça). Mais pour ce superbe et si mignon petit pot en terre cuite qui irait très bien à mon bébé citronnier ? Bien sûr que si !

Évidemment, selon la taille de ton pot, les solutions ne sont pas les mêmes. Pour ma part, j’avais besoin de soucoupes de petit diamètre (du genre qui coûte dans les 2€ en terre cuite en magasin). Après avoir écoulé la vaisselle que je comptais donner au départ (oui, une assiette creuse ou un bol font aussi des dessous de pot tout à fait corrects), je me suis vite retrouvée en rade et bien embêtée. Jusqu’au moment où j’ai jeté le énième regard vide à tendance désespérée au carton de verre à recycler et où ça a (enfin !) fait tilt : un couvercle de pot fait très bien l’affaire ! Et ce sera ça de moins à jeter. Auto-régulation des déchets en prime, que demande le peuple ?!

Un citronnier dans un pot en terre cuite reposant sur un couvercle (en métal) de pot de pâte à tartiner.
Dessous de pot gratuit

Mini-terrarium maison


Au moment où j’écris cet article, c’est un peu la fête du slip du terrarium sur les réseaux sociaux. Le terrarium, c’est tendance. Quand tu vois les créations de certaines, tu comprends l’attrait que cela peut exercer : il y a vraiment de petites merveilles ! Bon, tu te rends aussi l’esclave d’un objet de plus à épousseter/nettoyer, mais bon ça, c’est toi qui vois !

Les terrariums (à plante) c’est bien joli donc, mais ça peut aussi être utile : en conservant la chaleur et l’humidité à l’intérieur, ça fait un effet serre qui peut stimuler l’épanouissement de certaines plantes. C’est potentiellement une bonne idée si tu vis dans un endroit pas très chaud et que tu as chez toi des plantes qui préfèrent la chaleur et l’humidité. Et puis ça réduit aussi la fréquence d’arrosage puisque l’eau ne s’évapore pas à l’extérieur du terrarium.

Que cherche-t-on donc dans un terrarium ? Un récipient suffisamment haut pour pouvoir installer une couche de drainage et une bonne épaisseur de terre/terreau pour permettre l’enracinement de la plante (critères à adapter selon les objectifs de ton terrarium bien entendu) ; un contenant suffisamment haut pour permettre le développement de la partie aérienne de la plante ; un contenant transparent pour permettre à la lumière de filtrer et pour l’aspect décoratif ; une ouverture au moins assez grande pour faire passer une main/une plante développée sans en tirer la tige ; un contenant clos sur le haut pour permettre la condensation de l’eau qui retombera ensuite sur les plantes, comme une pluie.

Ce coup-ci encore, c’est le carton de verre à recycler qui m’a fait de l’œil : je me suis emparée de deux pots – l’un des deux est moins haut et un chouia plus large que l’autre qui est un pot type pot de cornichons – que j’ai imbriqués l’un dans l’autre… Et le tour était joué ! Dans ma configuration, j’ai donc un pot un peu plus large en bas, qui contient gravier terreau et plantes et sert de base à mon terrarium, et un pot plus haut qui rentre tout juste dans l’autre (les pertes d’évaporation sont quasi négligeables) et sert de cloche. Autant te dire que mes petites plantes se sont développées à vitesse grand V dans leur petite atmosphère tropicale ! C’est d’ailleurs fou de constater la différence de développement de la même espèce de plante entre ce milieu plus chaud et humide et dans un pot à l’air libre : les résultats sont très différents, on dirait presque qu’il s’agit d’une autre espèce !

Un pot de cornichon renversé sur un pot en verre plus large rempli de terre fait une mini-serre économique et efficace !
Besoin d’une mini-serre ? C’est gratuit et efficace !

Conclusion


C’est assez génial de voir tout ce qu’on peut faire avec « pas grand-chose » : que ce soit l’étendue des possibilités, le caractère écologique (en zéro déchet, le recyclage ne doit intervenir que si l’on n’a vraiment pas le choix ; c’est un processus très énergivore, et tout ne peut être recyclé à 100% – il vaut mieux réutiliser que recycler), l’exercice d’élasticité intellectuelle ou encore les économies (en temps et en argent), le détournement d’objets est une activité à la fois utile et agréable. Et c’est tellement satisfaisant de se dire qu’on a trouvé seule une solution à son « problème » !

Bien entendu, les exemples donnés dans cet article ne sont qu’un infime échantillon des possibles !

Et toi, quelles petites astuces de détournement d’objet utilises-tu ? Parles-nous de tes créations, de tes idées, de ce moment de débrouille de l’extrême dont tu es la plus fière !

Encore plus d'Amour Vert ? Inscris-toi à Ze PermaLettre et reçois chaque semaine ta dose directement dans ta boîte mail !

50% des articles sont réservés aux abonnées ; ne rate plus rien, rejoins-les !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.