Peinture naturelle : mon retour d’expérience sur la peinture à la farine

Il y a de cela quelques semaines, je publiais un premier billet sur les peintures naturelles à l’issue duquel je t’annonçais une suite à venir : mes retours d’expérience en peinture naturelle. Nous voici donc réunies ici aujourd’hui pour le tout premier volet, j’ai nommé : la peinture à la farine !

Au cas où tu aurais raté le premier billet explicatif, un petit rappel de ce qu’est la peinture à la farine s’impose !

Peinture naturelle : mon retour d'expérience en peinture à la farine !

Peinture à la farine : qu’est-ce que c’est ?

La peinture à la farine, aussi appelée peinture suédoise ou peinture de Falun, est une peinture écologique à base de… farine ! Eh oui, ça existe !

Dans la peinture suédoise, la farine mélangée à l’eau puis cuite joue le rôle de colle et permet la tenue des pigments.

On l’appelle « peinture suédoise » car c’est depuis la Suède qu’a été exportée cette recette vers le reste de l’Europe puis l’Amérique. A cette époque (XVII° siècle), la Suède était l’exportateur mondial principal de cuivre ; l’hématite, résidu d’exploitation de la production de cuivre, était alors utilisée comme agent de conservation du bois dans la recette originelle. La dénomination « peinture de Falun » provient du fait que c’est à Falun, ville du centre de la Suède, que se trouvait la plus importante mine de cuivre du pays. La peinture à la farine est aussi parfois appelée peinture à l’ocre, peinture scandinave, peinture au blé… Les petits noms ne manquent pas pour en parler !

La peinture à la farine : pour quels supports ?

A l’origine, la peinture suédoise était utilisée pour peindre et de fait protéger les boiseries extérieures. Le support privilégié de la peinture à la farine est donc le bois. Évidemment, le bois, pour s’imprégner correctement de la peinture, ne doit pas avoir été verni ou peint auparavant, sinon, il faut poncer !

La bonne nouvelle, c’est que cette peinture naturelle peut tout aussi bien être utilisée en intérieur, sur bois et autres supports ! D’après les informations que j’ai pu trouver, elle pourrait être utilisée sur la pierre, la brique, le Placoplatre, les ferrures, l’OSB, le Fermacell mais aussi les enduits naturels (type chaux, terre ou plâtre).

Le secret pour une bonne application ? La surface doit être propre, sèche et, idéalement, rugueuse. Il est possible aussi de l’appliquer sur des peintures anciennes, pourvu qu’elles aient été grattées et nettoyées au préalable.

Les ingrédients pour préparer la peinture à la farine

La recette de la peinture suédoise est relativement simple et peu coûteuse.

Retrouve la recette de peinture suédoise que j’ai utilisée !

Mon retour d’expérience en peinture à la farine

Après ces quelques généralités qui remettent les pendules à l’heure, je te propose maintenant d’attaquer mon retour d’expérience à proprement parler !

La préparation

J’avais bien lu la recette avant d’attaquer ma toute première préparation de peinture à la farine. J’avais bien lu qu’il fallait touiller 45 minutes non-stop. Et quand j’ai eu calculé que j’aurais une centaine de litres de peinture à cuisiner, je n’ai même pas sourcillé.

Dans les faits, pour un chantier tel que le mien, où j’avais peu de temps pour tout faire et où je devais donc peindre le jour et cuisiner la peinture le soir pour le lendemain, cette préparation a été assez fatigante. Ça ne m’a pas empêchée d’aller jusqu’au bout et d’en être heureuse, mais c’est un critère à prendre en compte : la préparation est longue et fatigante si l’on a de grandes quantités de peinture suédoise à préparer. Dans mon cas, sur deux semaines (week-ends non compris), j’ai cuisiné et appliqué 95 litres de peinture à la farine. Et je l’ai senti passer !

Cuisson de la peinture à la farine blanche dans une marmite sur trépied (10 litres en préparation), mélangeage au mélangeur sur perceuse
Cuisson de la peinture à la farine blanche

D’un autre côté, la recette est vraiment simple à mettre en œuvre, et l’odeur, plutôt agréable ! J’aimais beaucoup, à la fin, le parfum d’olive qui se dégageait lorsque j’ajoutais le savon noir : ça me rappelait les ficelles à l’olive qu’on trouve souvent en boulangerie en Provence !

Le matériel utilisé

Je n’avais pas d’expérience en peinture naturelle lorsque je me suis lancée dans ce chantier de peinture suédoise (et pas non plus en peinture « classique » d’ailleurs), alors j’ai prévu du matériel de peinture basique : rouleau (à « poils »), pinceau large (spalter plat 110cm) et pinceau à rechampir. Et chacun m’a servi !

Les pinceaux utilisés sur le chantier : spalter plat, et deux tailles de pinceaux à rechampir
Les pinceaux utilisés

Les supports testés

Sur ce chantier, j’ai testé l’application de la peinture suédoise sur différents supports :

  • Le Placoplatre
  • Le plâtre
  • Les peintures anciennes (brillantes ; peut-être d’anciennes peintures au plomb…)
  • Le bois peint

Mise en œuvre

J’avais prévu deux couleurs différentes : du blanc et de l’ocre.

En ce qui concerne l’ocre, je l’ai appliqué uniquement sur des peintures anciennes (non grattées) et du plâtre. Je n’avais pas eu la présence d’esprit de nettoyer mes supports et pas le temps de les poncer, j’ai donc eu des résultats assez variables.

Sur le plâtre, la peinture s’est appliquée à la perfection : la couleur était immédiatement visible, profonde et l’application facile (pour l’ocre, j’avais peu de surface, j’ai donc fait l’application au spalter plat uniquement). Sur les peintures anciennes, c’était plus aléatoire ; parfois la couvrance était au rendez-vous, d’autres, un peu moins. En fin de compte, le résultat est assez satisfaisant en deux couches : le mur est couvert, les traces de pinceau ressortent et donnent mouvement et texture au mur.

Quant au blanc, ç’a été plus sport. En effet, le blanc couvre beauuuuucoup moins que l’ocre. De plus, la couvrance varie au cours du séchage de la peinture ; impossible donc de savoir ce que va donner la couche tant qu’elle n’est pas complètement sèche.

J’ai appliqué le blanc sur Placoplatre, plâtre et bois peint. Il m’a fallu 4 couches pour ne plus voir ressortir les joints sous le Placo (j’en avais prévu deux, à la base). Le blanc a été passé essentiellement au rouleau, car j’avais de grandes surfaces à couvrir. Ma peinture avait quelques petits grumeaux, ce qui fait un rendu texturé surprise, qui me plaît bien. En ce qui concerne l’accroche sur les peintures anciennes, comme pour l’ocre, il aurait fallu qu’elles soient poncées et lavées avant application de la peinture à la farine pour une meilleure tenue. La peinture s’écaille donc à certains endroits, mais rien de grave.

Petite note sur le blanc également : j’ai utilisé un mélange de blanc de Meudon (pour l’opacité) et d’oxyde de titane (pour la couleur). Si le rendu est plus proche du blanc qu’en cas d’utilisation du blanc de Meudon seul (qui fait un peu « jaune pisseux »), ce n’est pas le blanc plus blanc que blanc d’une peinture industrielle. En ce qui me concerne, la couleur me convient très bien, elle a bien l’effet « éclairant » que j’en attendais dans des pièces avec peu d’ouvertures (et peu de lumière du soleil en ce moment). Mais je trouvais important que tu le saches, au cas où, tu vois.


Rendu

Le rendu de la peinture, qu’elle soit blanche ou ocre, est très agréable. C’est texturé, vivant, doux, mat, poudré, on se sent très bien dans ce petit cocon naturel !

La peinture appliquée sur un support propre ne farine pas, n’écaille pas.

Aucune odeur ne se dégage après séchage.

Bref, un super résultat !

Conclusion

Ce chantier peinture naturelle à la farine n’a pas été de tout repos, et je suis allée de surprise en surprise : la couvrance insuffisante par rapport à mes prévisions initiales du blanc sur le Placoplatre et ses joints, le changement d’aspect de la peinture au fur et à mesure de son séchage, l’adhérence aléatoire sur les peintures anciennes non préparées…

Toujours est-il que j’ai beaucoup appris au cours de cette expérience, et que je n’hésiterais pas à le refaire – peut-être seulement échelonné sur plus long terme, pour réduire l’intensité de la fatigue. En plus, les rendus finaux en termes de texture et de couleurs m’ont positivement étonnée : j’aime beaucoup le résultat, d’autant plus que je ne m’attendais pas du tout à ça.

Ce témoignage te donne-t-il envie de te lancer ? As-tu des questions ? La parole est à toi !

Télécharger la fiche « Bien préparer son chantier en peinture naturelle»

+ d'inspiration ?
On peut se retrouver dimanche dans ta boîte mail.

18 Comments

  1. Ha !! La fameuse peinture suédoise ! Nous en avons quelques bons litres pour peindre notre serre en récup de fenêtres. Super bon rendu ! J’attends le printemps pour faire un retour d’expérience après 1 an + soleil + froid + pluie (beaucoup) voir ce que ça donne ! C’est cool de voir qu’en intérieur, ça rend tout aussi bien !

  2. flora

    1er essai fait aujourd’hui. J’ai appliqué la peinture à l’ocre (mélange d’ocre et de blanc de meudon moit-moi) direct sur le placo, sans sous couche. Pas besoin d’une autre couche, rendu super sympa. Couleur un peu trop foncée (j’ai encore une pièce de vie et deux chambres à peindre), j’essaierai avec un autre ratio ocre-blanc. Merci pour ton article, ça m’a vraiment motivée à essayer 😀

    1. Super que tu te sois lancée !!! C’est vrai que c’est bien couvrant dès qu’on met de l’ocre (surtout si le fond est neutre comme le placo), ça rend les choses plus simples et économiques ^^
      Tu me tiens au courant pour tes futurs essais ? Je serais ravie de savoir ce que tes prochains mélanges auront donné 🙂

  3. Toan

    bonjour,
    j’ai également essayé la peinture à la farine mais je constate qu’en séchant des pigments restent sur mes doigts. Tu n’as pas eu ce problème sur le placo?
    J’ai utilisé une recette quasi identique avec des pigments blanc de titane et ocre jaune. Je crains qu’il manque de l’huile de lin. Je pense que la tenue des pigments n’est pas liée à la farine mais à l’huile de lin qui fait office de liant comme la peinture à l’huile.

    1. Hello 🙂
      As-tu ce problème en cours de séchage ou une fois la peinture complètement sèche ? Rencontres-tu le même phénomène pour les différentes teintes ?
      De mon côté, je n’ai pas noté ce genre de « désagréments », quel que soit le support.
      De ce que j’ai lu, l’huile de lin sert surtout à repousser l’humidité et à durcir la peinture au séchage, et c’est bien la farine qui joue le rôle de liant ici. Peut-être manque-t-il un peu de savon noir à ta préparation (qui fait l’émulsion) ?

  4. catherine besson

    bonjour,
    je souhaiterais savoir quel est le temps de séchage ? Je viens d »appliquer une première couche sur du placo, même constat pour les grumeaux mais je ne crains pas, et même constat pour la couvrance, il va falloir mimimum 3 couches, peux tu me préciser quel temps tu as attendu entre les couches? merci!
    Bonne journée
    Cath

    1. Le temps de séchage dépend pas mal des conditions dans lesquelles tu peins : si ta pièce est froide et humide ou chaude et sèche, le temps de séchage ne sera pas le même – et chaud et sec, c’est carrément mieux ^^ (mais pas trop non plus, sinon ça écaille).
      Pour ma part, j’avais opté pour la solution « 1 couche par jour » et ça m’a paru pas mal !

      Bonne peinture et belle journée à toi 🙂

  5. Juliette

    Bonjour ! Moi aussi je suis super enthousiaste sur la peinture suedoise mais une question quand . Quand vous avez une main un peu humide et que vous mettez votre main sur le mur vous avez unpeu de pigment sur les mains non ? Et sur une porte d exterieur si un peu de pluie la touche que se passe t il ?? J espere que quelqu un pourra me repondre ! Merci d avance

    1. Une personne qui a expérimenté la peinture suédoise m’a dit avoir rencontré cet effet en passant une éponge sur le mur. En ce qui me concerne, je ne mets pas les mains sur les murs, humides ou pas, donc je ne sais pas. Sachant que la peinture suédoise est à l’origine une peinture utilisée sur les boiseries extérieures (portes, murs, toitures), je suppose qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter !

  6. gil sylvie

    Bonjour, ravie de découvrir toutes ces informations sur la peinture Suédoise ou Farine.
    Est ce que vous pouvez me dire si on peut réaliser cette peinture dans une autre couleur que ocre? Vert, bleu ect…

    La matière appliquée à mes murs d’intérieurs est une sorte de pâte appliquée au pistolet avec un effet très granuleux. Est-il possible d’utiliser ce type de peinture à la farine pour un effet sympa.
    Merci

    1. Oui il est possible d’utiliser d’autres pigments, mais attention : un grand nombre de couleurs sont obtenues à partir de procédés chimiques très lourds et très polluants. C’est le cas pour les couleurs très vives. Il vaut donc mieux privilégier les pigments naturels.
      Pour ce qui est de tes murs, je ne saurais pas te dire ; le mieux est que tu fasses tes propres essais et que tu voies ce que ça donne.
      Bonne peinture !

  7. POYVRE

    Bonjour,
    Je suis ravie de lire vos commentaires et ça me conforte dans l’idée de mener cette expérience.
    Je me lance dans la peinture suédoise après avoir beaucoup lu et expérimenté sur de petites surfaces…
    Les sites de vente des pigments naturels ne sont pas légion. J’en ai comparé plusieurs. Je me permets de recommander Le Moulin des Couleurs qui pratique des prix intéressants et surtout des pigments naturels. Lorsqu’ils ne le sont pas, tout est bien notifié.
    En ce qui concerne la peinture extérieure ou pour ne pas avoir de désagrément à l’humidité, il faut ajouter du sulfate de fer… qui est utilisé par les Suédois, les Canadiens (qui pratiquent le même genre de peinture en extérieur). Cela empêche la formation des mousses. A savoir ce genre de peinture ne s’écaille pas en extérieur et a plutôt tendance à pâlir au fil du temps.
    Je vous donnerai mes impressions pour grande surfaces. j’ai 180m2 de blanc à faire et c’est vraiment cette « couleur » là qui m’inquiète… Pour les autres, J’utilise du Bleu de Prusse, du rouge pozzuoli et du vert wagon… Pigments naturels. A très bientôt.

  8. manon

    Je recherchais des infos pour faire une peintures à la farine mais blanche. Donc blanc de titane + blanc de meudon ou alors blanc de titane+ocre jaunes à ce que je vois.

    [cette partie du message d’origine fait la promotion de l’utilisation de produits d’origine animale et est donc supprimée]

    1. Si tu tiens à faire du blanc, c’est blanc de titane + blanc de Meudon – à garder en tête quand même que le blanc de titane est tout sauf écologique dans sa production. Pour du blanc, je me tournerais plutôt vers une peinture à l’argile à base d’argile blanche (argile kaolin) – ça évite de devoir ajouter des pigments en plus 🙂

  9. Chrisdefrance

    Bonjour,Merci pour cet article… je me suis lancée pour un blans a base de plâtre de meudon. J’ai suivi très scrupuleusement les quantités et la recette mais j’ai obtenu un marron.. est ce parce que je n’ai pas ajouter le blanc de titan (je souhaitais reste le plus ‘naturel’ possible) ou est ce autre chose ? Merci d’avance de votre réponse car je souhaite recommencer l’expérience pour d’autres projets. Chris

    1. Ah oui ! Le blanc de Meudon n’est pas un pigment, c’est une charge – il rend la peinture opaque. Il est nécessaire quand on fait du blanc parce qu’en peinture à la farine, plus la couleur qu’on souhaite obtenir est claire, moins elle couvre. Donc effectivement, sans pigment (pour le blanc, l’oxyde de titane), il y a peu de chances d’obtenir « la bonne couleur » 🙂
      Si tu souhaites faire du blanc sans utiliser de pigment comme l’oxyde de titane ET que c’est pour une peinture en intérieur, je te recommanderais plutôt de faire de la peinture à l’argile, avec une base d’argile kaolin (blanche de base). J’en parle ici : https://zepermalab.com/peinture-naturelle-argile/
      Note que le blanc en peinture naturelle ne sera « jamais aussi blanc » que celui des peintures industrielles. Il faut faire un choix – et revoir nos niveaux d’attentes et d’exigence !
      Bonne peinture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.