Ces trucs sexistes que j’ai faits et qui me font hurler

Dans un monde idéal, le sexisme n’existerait pas. Dans un monde un poil moins merveilleux, les hommes ne seraient pas sexistes. Sinon, on peut toujours commencer par arrêter le sexisme ordinaire envers les femmes par les femmes. Sors ton martinet et ta combi vinyle : on se fait une petite séance SM en place publique. Tu vas voir, c’est rigolo.

Comme un sac !

Ce n’est que récemment que la lecture de Libérées ! de Titiou Lecoq a éclairé d’un jour nouveau la fascination féminine pour les sacs à main. J’y vois désormais autre chose que les seuls inconvénients pratiques. Je vois ce sac pour ce qu’il est : un boulet, une marque au fer rouge, la distinction sociale qui fait qu’une femme ne peut pas être physiquement libre dans l’espace public.

Reprendre le pouvoir avec la permaculture !

La permaculture, c’est comme la confiture : plus on en a, plus on l’étale ! Euh, non, attends, me suis plantée… Bon, on s’en fout : la permaculture, c’est un super outil d’émancipation et de développement personnel, et c’est le sujet de ce billet – partiellement, parce qu’il faudrait des bouquins entiers pour traiter le sujet exhaustivement.